Tiffany WILLM

Tiffany WILLM

Passionnée par l'immobilier et chargée de communication depuis des années

La crise mondiale du Covid19 n'impacte pas seulement les particuliers et leurs déplacements ou les professionnels et leurs capacités de production, elle touche aussi les professions réglementées du droit, tel que les notaires, les huissiers ou les greffiers. Pour minimiser les dégâts sur la situation économique et ne pas complexifier les dossiers en cours ou à venir, l'État a en effet décidé de repousser le changement des tarifs notariés réglementés prévus pour cette année au 1er janvier 2021. De quoi parle-t-on exactement, petit point sur la situation à venir.

Des frais de notaire réglementés

Le notaire remplit une fonction d’intérêt public et le coût de ses services est strictement réglementé par décision gouvernementale. De cette manière chaque personne faisant appel à lui dispose de la garantie d'une dépense transparente et égale sur le territoire national. Il convient cependant de dissocier les émoluments, dont le coût est encadré et qui concerne des actes notariés communs comme les ventes, les donations, les contrats de mariage et de PACS ou les successions par exemple, des actes non tarifés qui font l’objet d’honoraires libres pour du conseil à particulier ou de la rédaction d'actes spécifiques par exemple.

L’arrêté du 28 février 2020 avait initialement fixé les nouveaux émoluments des professions réglementées du droit applicables au 1er mai 2020. Mais l'arrivée de la pandémie a stoppé net l'économie française et, avec elle, l'ensemble des actes administratifs et juridiques nécessaires au bon fonctionnement de la société. Soucieux de ne pas complexifier encore la situation, l'État a donc préféré figer ses décisions concernant l'encadrement des tarifs, et parmi eux, ceux des notaires.

L'impact imprévu du Coronavirus sur des frais de notaire

Pour soulager les professionnels et les clients dans un contexte de ralentissement économique fort et de remise en cause profonde, le gouvernement a décidé de reporter certaines de ses décisions et notamment celles concernant la grille tarifaire des notaires. En ce sens, l’arrêté du 28 avril 2020 modifie celui du 28 février 2020 et reporte l'entrée en vigueur des nouveaux frais notariés réglementés au 1er janvier 2021.
 
Cette décision forte impacte de manière significative les deux parties qui doivent ainsi réajuster leur projet en ce sens. Est-ce vraiment une bonne nouvelle, pas si sûr ?

L'impact du gèle des tarifs des notaires pour 2020

Les nouveaux coûts encadrés pour les notaires représentaient, selon le Conseil supérieur du notariat (CSN), une baisse d'environ 1.9% des frais pour les particuliers.
Des actes courants comme le PACS ou la mainlevée d’hypothèque auraient normalement dû voir leurs coûts baisser significativement avec une économie de moitié pour le Pacs et la mise en place d'émoluments forfaitisés en 2 tranches pour les hypothèques. Pour 2020 donc, les clients ne pourront pas bénéficier de cette économie au 1er mai comme prévu initialement. Alors si le gèle de la grille tarifaire des notaires est une bonne nouvelle en terme d'organisation et de gestion de paperasse, ce n'est en revanche pas le cas pour le portefeuille des particuliers. 

À quoi s'attendre au 1er janvier 2021 ?

Le Covid19 n'entraîne pas une annulation de la nouvelle grille de tarifs des notaires mais simplement un report. Au 1er janvier 2021 donc, s'appliqueront les prix qui auraient normalement dû être mis en place au 1er mai 2020. L'impact sur les coûts restera cependant limité car l'évolution ne concerne que les émoluments et non pas les frais de notaire dans leur globalité. Cela dit, pour 2 types d'actes en particulier le changement sera important avec une diminution de moitié du coût de rédaction de la convention d'un PACS (102 € TTC contre 230,77 € TTC auparavant) et 2 tarifs pour une mainlevée d’hypothèque (78 € pour un capital inférieur à 77 090 € et 150 € au-dessus de 77 090 €).

Cela étant, la crise sanitaire a entraîné l'ensemble du monde dans une situation incertaine et inédite dont personne, aujourd'hui, n'est en mesure d'évaluer l'impact à moyen ou long terme. Sans visibilité, il reste toujours difficile de faire des prévisions et il convient de rester informé au jour le jour des différentes mesures qui pourraient être prises par le gouvernement.

La période de confinement que vient de traverser notre pays aura des répercussions dans de nombreux domaines. La vente immobilière n’échappera malheureusement pas à cette règle ! Les ventes pourraient-elles s’avérer plus compliquées à mener qu’auparavant ? 

Pourquoi le confinement a-t-il un impact sur les négociations ?

La cause : l’effet de dotation principalement. Il représente l’écart existant entre les attentes financières d’un vendeur et d’un acheteur : le vendeur veut souvent obtenir de son bien plus que le prix juste, et l’acheteur voudrait payer moins que le prix juste. C’est là qu’entre en jeu la négociation pour un achat immobilier.
La difficulté après ce confinement est que les acheteurs auront revu leur prix de référence à la baisse, estimant que la crise aura eu un impact sur les prix de l’immobilier. Les vendeurs quant à eux gardent en tête le prix de leur bien estimé avant le confinement.
Une seconde difficulté s’ajoute à cela : la distanciation sociale lors des rencontres ayant lieu durant le processus de vente. Les visage masqués, l’absence de poignées de main et les modifications apportées à nos habituelles interactions sociales diminuent la confiance qu’ont les différents acteurs de la négociation les uns envers les autres.
 
Heureusement, des solutions existent pour amener acheteurs et vendeurs à negocier le prix immobilier qui permettra à la vente d’aboutir.

Solution n°1 : le Covid !

Suite au confinement, beaucoup de personnes ont changé leur vision des choses et n’ont plus forcément les mêmes besoins ou envies qu’avant. Ainsi, tous ceux qui ont vécu plusieurs mois enfermés dans leur appartement voient la présence d’un jardin comme un luxe et font remonter cet attribut dans la liste de leurs priorités. Alors comment négocier le prix d’une maison ? Le fait que ce soit une maison rend déjà le bien beaucoup plus attrayant qu’auparavant pour les acheteurs qui sont actuellement en appartement, la négociation en sera donc largement facilitée.
 
La distance du bien entre l’acheteur et son travail, représentant souvent un réel frein à la vente, peut là aussi être justifiée. Le télétravail a fait ses preuves durant cette crise et pourrait bien se démocratiser dans de nombreuses entreprises. La négociation pour un achat immobilier un peu éloigné du cercle géographique des acheteurs devient donc plus facile.

Solution n°2 : attirer l’attention sur de nouveaux points

Les vendeurs d’un bien ont un attachement sentimental à ce qu’ils s’apprêtent à vendre et réfléchissent surtout à la valeur de leur bien. Il peut être intéressant de leur faire voir les choses autrement : montrez-leur ce qu’ils pourraient s’offrir avec le fruit de leur vente. Faites les réfléchir aux projets qu’ils pourraient réaliser avec cet argent. Cela leur permettra dans la plupart des cas de réaliser à quel point cette vente est intéressante, même si l’acheteur fait une offre bien inférieure au prix proposé.
 
L’astuce existe également côté acheteur mais de façon moins évidente. Lors de la négociation pour un achat immobilier, il faut que les acheteurs aient en tête certains aspects particulièrement « précieux » du bien qui valorisent celui-ci et pour lesquels ils sont prêts à payer un peu plus cher.

Solution 3 : montrer la réalité du marché à vos clients

Le constat est souvent le même à propos des vendeurs et des acheteurs : les uns sur-estiment, les autres sous-estiment, l’effet de dotation est bien là et il est difficile de négocier le prix immobilier. Pour faire entendre raison à vos clients et faciliter les négociations, des solutions existent.
Concernant le vendeur, vous pouvez lui faire visiter des biens similaires au sien dont le prix de vente affiché est moins élevé et correspond plus au prix du marché. Vous pouvez également le faire participer à une enchère immobilière. Si son bien est réellement en dehors des prix du marché, personne ne fera de proposition et il se rendra vite compte de son erreur.
 
Pour l’acheteur, il est utile de lui faire visiter plusieurs biens qui correspondent en tout point à ses critères mais qui ne rentrent pas dans son budget. Il comprendra rapidement où vous voulez en venir.

Solution 4 : aider les clients à se projeter

Afin de diminuer l’effet de dotation, il est important d’aider les acheteurs à s’imaginer en possession du bien. Vous pouvez employer le storytelling : apprenez à connaître réellement vos clients, la composition de leur foyer, leurs goûts et leurs habitudes. Vous pourrez ainsi, durant les visites, leur raconter une histoire, l’histoire d’eux-mêmes vivant dans cette maison ou cet appartement au quotidien. Vous pouvez également utiliser un logiciel de home staging afin de leur montrer à quoi ressemblerait le bien avec leurs propres meubles ou après avoir fait certains travaux. Les acheteurs arriveront beaucoup mieux à se projeter et le bien prendra plus de valeur à leurs yeux.
 
Côté vendeurs, il est important qu’ils dépersonnalisent leur bien avant de le vendre. En plus d’aider les acheteurs à se projeter, cela permet au vendeur de mieux voir ce que vaut son bien réellement, en tant que bien immobilier, sans toute l’histoire qu’il y a vécue.

Avec ses astuces, vous ne vous demanderez plus comment negocier un prix d appartement après la crise du coronavirus, ou comment vendre une maison au bon prix dans ces conditions particulières.
Vous voilà armés pour diminuer l’effet de dotation du côté des vendeurs et des acheteurs afin de faciliter les négociations.
 
Une fois le bien négocié, il vous faudra faire rapidement signer une offre d'achat par voie électronique aux différentes parties. En cette période de déconfinement, la précaution s'impose et la dématérialisation de vos contrats est essentielle ! (Voir ici un comparatif des différentes solutions pour éditer et signer électroniquement vos contrats !).

Le déconfinement n’est plus un mythe…Le 11 mai, la plupart des professionnels reprendront leur activité, la vie reprendra progressivement son cours grâce au civisme de chacun.  Il est donc temps de relever la tête et rentrer des mandats !

Les Français n’ont pas cessé d’imaginer leur futur cocon. Ils souhaiteront vendre leur résidence actuelle pour acheter plus petit, plus grand ou dans un endroit plus vert. Ces semaines de confinement laisseront des traces et auront un impact certain sur l’immobilier ! Des milliers d’annonces sont parues ces dernières semaines, c’est donc pour vous des dizaines de mandats possibles à condition d’avoir la bonne stratégie.

Ciblez les annonces publiées il y a plus de 3 mois

Certains propriétaires ont publié leur annonce il y a plus de 3 mois et celle-ci ont bien souvent été effacées des sites d’annonces immobilières. Pourtant leur projet est toujours d’actualité et encore plus pressant.  Alors comment les retrouver ?

Certains logiciels de pige garde en mémoire les annonces « oubliées » c’est le cas de Pige Online, l’un des principaux acteurs du marché. Il suffit de faire un tri par dates croissantes pour accéder aux annonces les plus anciennes, qu’elles soient ou non encore en ligne sur les portails immobiliers ! Contactez ces propriétaires d’annonces oubliées, c’est faire de la pige froide et c’est redoutablement efficace !

Misez sur la pige tiède

Le terme est peu répandu, mais existe bel et bien ! On parle de pige tiède lorsque les propriétaires de biens commencent à ressentir une petite pression vis-à-vis de la vente de leur bien. Pour cibler ces prospects, il suffit d’observer les baisses de prix et là encore le logiciel de pige est bien utile.

En un clic, vous visualisez toutes les baisses de prix observées ces derniers jours et leur % ! Bien souvent les prospects ont tendance à surestimer leur bien avant de baisser leur prix quelques semaines plus tard. C’est le moment idéal pour rentrer un mandat au prix du marché, pour lequel vous trouverez facilement un acquéreur !

Agenda chargé ? Gagnez du temps !

Votre agenda est probablement déjà bien chargé pour les semaines à venir mais pourtant il vous faudra bien rentrer des mandats si vous souhaitez encaisser quelques ventes ou locations ces prochains mois.  Prospecter sans avoir les bons outils, c’est la perte de temps assurée ! Pour réussir votre pige on ne pourra que vous conseiller d’investir dans un logiciel de pige. L’investissement n’est pas très important (à partir de 19,90€ / mois) mais les bénéfices eux le sont !

Avec un bon logiciel, vous pourrez prendre des notes pour chaque annonce, ne pas rappeler 2 fois un même prospect dans la même journée (il n’y a rien de plus agaçant !) et planifier des rappels pour suivre vos prospects dans la durée. Lorsqu’un rendez-vous est pris, celui-ci est synchronisé avec votre agenda Google.

2 mois gratuits pour les professionnels de l’immobilier

Pige Online offre 2 mois gratuits pour tout abonnement annuel. C’est donc le moment d’en profiter et c’est par ici

On vous souhaite de rentrer de nombreux mandats !

Les prix augmenteront t-ils ? Les français souhaiteront-ils toujours investir ? Quelle proportion reportera son projet immobilier ? Plus d’un professionnel de l’immobilier se pose ces questions ! La récente enquête publiée par le portail d’annonces immobilières Monbien.fr nous met néanmoins du baume au cœur et apporte quelques éléments de réponses 

Les Français, confiants et positifs

L’enquête a été menée en ligne auprès de plus de 677 internautes, situés un peu partout en France entre le 9 et le 22 avril 2020. Ainsi malgré la crise sanitaire et le confinement, 65% des Français restent confiants et positifs concernant le marché immobilier en France et 82% pensent encore acquérir un bien immobilier cette année ! Une bonne nouvelle qui devrait vous motiver à prendre un maximum de mandats !

Durant ces quelques semaines, « les français n’ont pas cessé de consulter les sites d’annonces immobilières, bien au contraire ! » explique le directeur de Monbien.fr.

Leur projet immobilier s’est même affiné, leurs critères d’achat sont plus précis et ils auront plus que jamais besoin d’un professionnel de l’immobilier pour les mener à bien.
Sur les 677 personnes ayant répondu à l'enquête, 315 avaient un projet d’achat, et pour 60% d’entre eux, ils souhaiteraient même acheter dans les 3 mois qui viennent ! 22%, plus raisonnables pensent acheter dans le second semestre de l’année et seulement 7% prendront leur temps, pensant acheter seulement l’année prochaine.
56 % des acquéreurs ne souhaitent en aucun cas reporter leur projet immobilier !

 

 

Ces chiffres nous montrent bien à quel point l’immobilier est et restera une valeur refuge pour la plupart des Français ! Un appétit certain qui pourrait mettre être aiguisé par le confinement..Les biens de grandes surfaces, avec jardin ou terrasse seront plus prisés que jamais ! Durant ces quelques semaines, nous avons bien compris à quel point un petit espace extérieur pouvait valoir de l’or pour ses habitants même si bien sûr l’emplacement reste un critère essentiel. « Les internautes apprécient vraiment d’avoir une visibilité sur la localisation des biens en cette période de confinement où les déplacements sont déconseillés » explique le directeur du portail d’annonces géolocalisé Monbien.fr.

Reste néanmoins la question de l’évolution des prix du marché immobilier. Le pouvoir d’achat des Français sera-t-il impacté par la crise ?

Les prix de l’immobilier augmenteront t-ils ?

Sur le sujet des prix, les avis divergent et nul ne sait vraiment à quoi s’attendre à moins de deux semaines de la sortie probable du confinement.
Selon l’enquête de Monbien.fr, 41% des français interrogés s’attendent à une augmentation des prix, 30% à une baisse et 29% pensent que les prix resteront identiques à ce qu’ils sont aujourd’hui. On peut aussi regarder ces chiffres avec un regard optimiste et se dire que 70% des français estiment que les prix ne baisseront pas !

 

 

En effet plusieurs scénarios sont envisageables même s’il reste difficile de répondre à cette question.

Scénario 1 : Une sortie de crise sans trop de heurt, progressive : avec une baisse pour certains biens puis une reprise progressive des prix à condition que le pouvoir d’achat, les taux de crédit, l’offre et la demande restent stables. Ce scénario est possible si le déconfinement est rapide, les pertes de revenus réduites et les efforts des banques maintenues

Scénario 2 : Une crise immobilière qui persiste en raison d’une réapparition du virus, une crise financière (chômage, baisse de revenus), et une récession forte. Les banques remonteraient alors leur taux de crédit rendant l’accès au logement plus difficile pour les acheteurs. Les prix s’écrouleraient, tout comme le nombre de transactions.

Scénario 3 : Une crise qui ne touchera pas toutes les villes. On pourrait s’attendre à un impact plus important dans les villes où l’emploi est durablement touché. Les villes n’ayant pas une économie suffisamment diversifiée pourraient en effet être impactées. (ex de Toulouse avec l’aéronautique). Les citadins pourraient également projeter d’acheter davantage en zone rurale pour bénéficier d’espaces verts. « Les recherches de maison avec jardin » tendent à augmenter ces dernières semaines » explique le directeur de Monbien.fr.

Quel que soit le scénario qui se réalisera, des ventes seront à réaliser et les professionnels de l’immobilier ayant pris de l’avance durant le confinement seront les premiers à concrétiser des transactions ! N’hésitez pas à lire nos articles : « 3 techniques pour rentrer des mandats pendant le confinement » et « Agent immobilier, quelques conseils pour la sortie de crise » pour vous préparer à « l’après covid » !

A propos de Monbien.fr

Monbien.fr est un portail d’annonces immobilières gratuit et illimité ! Il a été conçu pour tous les professionnels de l’immobilier et propose une géolocalisation des biens partielle ou totale pour le plus grand bonheur des internautes. Pour vous inscrire et bénéficier d’une page dans l’annuaire des professionnels c’est ici

Moins d’un an après sa sortie, Zelok décide de taper fort en proposant une nouvelle offre aux agences immobilières qui ont une activité locative ainsi qu’aux administrateurs de biens. La plateforme Zelok lance en ce mois d’avril 2020 une nouvelle formule totalement gratuite pour les professionnels de l’immobilier, Zelok Easy ! Un lancement rendu possible car Zelok connait très bien les besoins et les attentes de la profession.

Avec le contexte actuel, la mutation digitale du secteur de l’immobilier s’accélère. Finaliser un dossier de location dans un temps record et à distance est un réel enjeu stratégique pour les agents immobiliers. Beaucoup l’ont compris et de nombreux conseillers locations récupèrent déjà des dossiers complets sur la plateforme Zelok pour anticiper la reprise et la réouverture des agences.

Selon Fabrice Houlé, fondateur de la startup Zelok, « On constate sur notre plateforme un engouement très fort depuis le début du confinement, les agences immobilières font des stocks de dossiers candidats locataires complets pour anticiper la reprise. Ceux qui auront anticipé seront les premiers à repartir, mais aussi ceux qui prendront de l’avance en changeant leurs habitudes de travail. »

Parce que le leitmotiv chez Zelok est de défendre le métier d’agent immobilier, la start-up a souhaité répondre à ce besoin de digitalisation des agences en mettant à disposition un maximum de fonctionnalités, facilement accessibles, et ce pour toute la profession !

La promesse de la plateforme, c’est de libérer du temps aux équipes en mettant fin à toutes les tâches chronophages, pour leur permettre de prendre plus de mandats et se consacrer davantage à leurs clients.

La formule gratuite Zelok Easy donne ainsi accès à un compte Pro de l’immo, accessible par le ou la dirigeant(e) ainsi que 6 conseillers location ou gestion. Ce compte permet de piloter les dossiers des candidats locataires dès le dépôt des pièces en ligne. Les agences immobilières ont même la possibilité d’ajouter un widget sur leurs annonces de location pour permettre aux candidats locataires de déposer directement leur dossier à tout moment depuis n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone.

L’agence n’a plus besoin de relancer ses candidats locataires pour obtenir un dossier complet, grâce aux mails et SMS automatiques de relance inclus dans la formule. L’outil propose également un calcul de la solvabilité en ligne lié au taux négocié par l’agence avec son courtier d’assurance GLI ou à son organisation personnelle.

Enfin, la rédaction assistée du bail d’habitation va offrir un gain de temps supplémentaire aux agences.

Il est possible, en complément de cette offre gratuite, de choisir des options au cas par cas pour chaque dossier, comme la signature électronique ou les états des lieux à des tarifs négociés. Enfin, il est toujours possible de basculer sur l’offre Zelok Star qui permet notamment d’intégrer les flux de comptabilité d’une agence à son compte Zelok et de répondre à tout le parcours locatif.

A propos de Zelok

Zelok est une plateforme digitale de mise en relation immobilière dédiée à l’optimisation d’un service location. Cet outil a été pensé par des experts en immobilier, pour des experts en immobilier. Interactive et collaborative, la plateforme Zelok aide les professionnels de l’immobilier à fluidifier toutes les étapes de gestion de leurs locations en les libérant de toutes les tâches administratives ingrates et chronophages ! Zelok a été imaginé et fondé par Fabrice Houlé, 49 ans, diplômé de l’ESCE à Paris. Professionnel de l’immobilier depuis 25 ans, il a notamment animé 120 points de vente pour le compte d’une franchise immobilière. Visionnaire, il lance l’idée de Zelok après une réunion de chefs d’entreprise en 2018 et en s’entourant de spécialistes en innovation et en mutation digitale. Aujourd’hui, Zelok est commercialisé auprès des professionnels de l’immobilier. La société implantée en Vendée aux Sables d‘Olonne emploie à ce jour 8 personnes. Plus de 50000 comptes sont déjà actifs sur la plateforme de la location par un professionnel.

La visite virtuelle en 360° c’est LA technologie dont tout le monde parle en ce moment, en cette période particulière de confinement où les visites physiques de biens sont fortement déconseillées. De nombreuses sociétés ont ainsi développé des systèmes vous permettant de créer des visites virtuelles pour vos biens en mandats. Klapty est le 1er portail de création gratuit de visite virtuelle 360 et aussi le seul annuaire Européen à 360°.

Un concept unique destiné aux professionnels de l’immobilier pour gagner 3 à 5 fois plus de contacts

Gagner 3 à 5 fois plus de contacts ? Qui dirait non ? C’est tout à fait possible avec Klapty, une plateforme unique vous permettant de créer, publier et partager des visites virtuelles tant pour des logements en vente ou en location. Une sorte « d’Instagram » de l’immobilier très apprécié des investisseurs en immobilier, mais également de n’importe quel potentiel acquéreur… particulièrement en cette période de pandémie !

« Les futurs propriétaires apprécient de tout voir, tout de suite et en toute sécurité. Avec les visites virtuelles on perd beaucoup moins de temps et on met vraiment son bien en valeur ! » explique Corentin Saez, co-fondateur de Klapty.
Le bien est alors visitable comme si vous étiez sur place et le gain de temps est certain !
« Notre objectif a toujours été de démocratiser la visite virtuelle. » explique Corentin.

«Avec le confinement, il y a eu une prise de conscience accrue sur l’utilité des visites virtuelles auprès des professionnels de l’immobilier. Depuis Janvier, date à laquelle nous avons lancé la plateforme nous enregistrons plus de 3300 inscrits et des retours plus que positifs de nos premiers membres. Avec cette croissance exponentielle, l’ambition de devenir le nouvel Instagram du 360 se concrétise plus que jamais ! »

Comment créer une visite virtuelle ?

Avec Klapty vous pouvez créer vous-même votre propre visite virtuelle ! Pour cela il vous suffira de vous équiper d’une caméra 360° (ou objectif fisheye avec smartphone ou encore boitier DSRL) puis de diffuser gratuitement les photos immersives sur la plateforme. Klapty transformera ainsi en quelques secondes vos clichés panoramiques en une visite virtuelle 360° !
L’équipe du site est à votre disposition sur un chat en ligne pour répondre à toutes vos questions et vous conseiller sur l’achat du matériel spécifique en fonction de votre situation. Une e-boutique avec une sélection de caméras, lentilles et trépieds à bon prix est directement accessible via Klapty.

« Pour les professionnels de l’immobilier, nous conseillons des caméras allant entre 350 à 1000€ pour un résultat qualitatif » explique Corentin.

Les agents immobiliers préférant mandater un photographe spécialisé peuvent également le faire directement sur Klapty. La plateforme possède en effet un réseau de photographes mondial, bien implanté dans les régions de France et aussi dans plus de 100 pays différents !


Diffuser vos visites virtuelles sur votre propre site internet

Diffuser ses annonces en visite virtuelle sur une plateforme consultées par des millions d’internautes c’est super. Mais ce que l’on souhaite aussi en tant qu’agent immobilier, c’est avoir des annonces de qualité sur son propre site internet. C’est possible avec Klapty, et c’est encore une fois gratuit !

Lorsque vous créez votre visite virtuelle sur la plateforme vous pouvez ensuite la partager de différentes façons : sur Klapty évidemment, puis sur les réseaux sociaux, par email (via un lien url), dans votre CRM immobilier ou encore sur votre site internet grâce à un simple lien (lien embed dans le jargon informatique) à copier directement sur votre site !

Plus d’info sur Klapty ici

L’heure est à la création de contrat numérique et à la signature électronique !…Durant ces semaines de confinement vous avez certainement réalisé à quel point les nouvelles technologies étaient nos alliées.
Si vous n’avez pas encore adopté un tel outil, il est encore temps ! Avec le Covid 19, les interactions physiques seront à limiter durant encore plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour votre sécurité mais aussi pour celle de vos clients !…Pour vous aider dans votre choix, nous avons décidé de comparer les 5 principaux logiciels en France permettant de créer et signer électroniquement des contrats immobiliers.

Quel que soit votre choix, en choisissant l’un de ces outils, vous gagnerez du temps (plus aucun déplacement), de l’argent (fini les impressions de contrats, l’encre), vous moderniserez votre entreprise (l’image que vous renvoyez est essentielle !) et ferez un réel geste pour la planète.

En bref, l’éditeur de contrat immobilier numérique c’est l’outil à adopter impérativement en 2020 mais il n’est pas toujours simple de comparer chaque offre. Heureusement, Flash-Immo a réalisé ce petit comparatif rien que pour vous ! :)

Éditeurs de contrats immobiliers, quelles fonctionnalités ?

Créatis de Tissot, Editions Préférence, Sinimo, Modelo, MyNotary...tous vous permettront de créer des contrats immobiliers ! Mais certaines fonctionnalités ne sont pas proposées par tous les prestataires et les tarifs peuvent varier du simple au triple. (Oui, au triple !) Ainsi et vous pourrez le voir dans le tableau ci-dessous seuls 2 prestataires (Sinimo et MyNotary) proposent une application smartphone et seulement 3 prestataires sur les 5 étudiés sont équipés de logiciels intelligents pour passer facilement d’un contrat à un autre : transformer un mandat en offre d’achat, en compromis, etc.. Avec une telle fonction, on évite ainsi les ressaisies et on gagne vraiment beaucoup de temps !

On regrette également que la numérisation de document ne soit pas proposée par tous les acteurs du marché ! Seul Sinimo, dernier venu dans le secteur intègre cette fonctionnalité qui nous semble pourtant vraiment indispensable.


Nous informons nos lecteurs, que cet article à un caractère publicitaire (publicité au sens de l'article D 111-11 2° du code de la consommation) et qu'il existe des liens capitalistiques entre cet article rédigé par le magazine Flash Immo qui appartient à la société Marketing Immobilier SASU et la société SINIMO SASU qui commercialise l'application SINIMO®


Voici une présentation de ces différentes solutions avec leurs points positifs et négatifs :

Créatis de Tissot

Si vous faites partie du secteur immobilier depuis quelques années, vous connaissez forcément les formulaires Tissot. Leur qualité juridique a toujours été reconnue. À l’origine, il s’agissait de contrats imprimés sous forme de formulaires en plusieurs exemplaires (il fallait en commander des paquets pour chaque type de contrat, les stocker et les emmener en clientèle…). Depuis quelques temps la société propose également un système de dématérialisation de ses contrats mais toujours sous la forme de formulaire à remplir ce qui ne conviendra pas à tous les professionnels. Tous les contrats sont ainsi disponibles en ligne sur le site de Tissot. Il n’y a pas d’application spécifique pour tablette ou smartphone. Créatis a choisi de tout mettre en ligne sur son site internet. Pour y accéder il faut néanmoins payer un droit d’entrée assez important : 750€ ! Puis payer chaque document en fonction de ses besoins. Il existe plusieurs packs de crédits mais l’addition peut vite monter… très haut ! La signature électronique des documents est proposée depuis peu mais pour les notifications SRU il faudra toujours vous déplacer à la Poste !

Editions Préférence (Docsenligne)

Editions Préférence est tout comme Tissot spécialisée dans l’édition de contrats immobiliers depuis plusieurs années. Leur bibliothèque de contrats est très complète et juridiquement incontestable. Ils ont donc naturellement décidé de proposer également des contrats électroniques davantage dans l’air du temps mais toujours sous la forme de formulaires papiers. Le prestataire propose une application mobile et tablette sur android et ipad mais l’expérience utilisateur 2.0, telle qu’on l’attend en 2020 n’est pas forcément au rendez-vous.. Il faudra toujours compléter de nombreuses cases et utiliser un scanner pour intégrer ses documents annexes. Leur business modèle est égal à celui de Créatis avec un système de crédits débités pour chaque contrat acheté et chaque signature effectuée.

Sinimo

Sinimo® est l’un des derniers venus sur le marché. Il s’agit là d’une vraie application 2.0 avec un algorithme qui génère des contrats 100% personnalisés et parfaitement mis en page en fonction de quelques questions posées au départ. On adore parce que c’est rapide et particulièrement intuitif. Sinimo est disponible sur tous supports : application mobile, tablette, logiciel ordinateur… à un tarif vraiment avantageux. Pour 29€ HT / mois, on accède à de nombreux contrats (mandats, avenants, baux, courriers…) en illimité rédigés par des spécialistes du droit immobilier français et le tarif des signatures électronique est vraiment très intéressant. Visiblement c’est la seule application qui intègre un scan de document. Pour ajouter une pièce justificative ou un diagnostic à un contrat, il suffit de la prendre en photo et l’application la mettra automatiquement au format A4 en annexe du contrat, particulièrement pratique pour la notification SRU.
Le seul point négatif est que cette application n’intègre pas encore de registre des mandats ! Une fonction demandée qui devrait néanmoins être incluse prochainement selon nos sources.

Modelo

Modelo est reconnu pour le haut niveau juridique de ses documents. Une équipe de juristes rédige et met régulièrement à jour les différents contrats. Tous types de contrats peut être créés via ce logiciel (il n’existe pas d’application à ce jour) en illimité et un accès au registre des mandats a été mis en place (mais il faudra ajouter 9€ par mois à votre abonnement mensuel). Les agences proposant des biens professionnels ou des commerces devront également s’acquitter de 49€ supplémentaire par mois car chez Modelo, il existe plusieurs bibliothèques de contrats en fonction des spécialisations de chaque agence.
Quel que soit le type de contrat, chaque document est très complet (peut-être même trop !) car il faudra remplir énormément de champs pour générer un contrat. La signature électronique en face à face et à distance est proposée mais à un coût toutefois assez élevé (voir tableau).

MyNotary

Mynotary est une vraie plateforme collaborative dédiée à l’immobilier disponible sur tous supports. Diagnostiqueurs, vendeurs et notaires peuvent ainsi accéder, compléter et ajouter des documents à un dossier. Le concept est très intéressant et il est possible de créer tous types de contrats. Le gros bémol réside dans son prix… L’abonnement se compose en modules et il faut donc payer toujours plus cher pour accéder à certains types de contrats. On regrette également qu’il n’y ait aucun scan de document intégré !

 

Logiciel de création de contrats et signature, combien coûte un tel logiciel ?

Il est parfois difficile de comparer plusieurs logiciels car les business modèles pratiqués sont bien différents. Certains proposent un tarif mensuel, d’autres un annuel, certains proposent les deux et enfin certains prestataires ont choisi un système de crédits avec parfois un droit d’entrée pour accéder au logiciel.

Pour mieux comparer ces différents acteurs, nous nous sommes donc basés sur le cas d’une agence moyenne de 5 collaborateurs réalisant mensuellement :
• 30 mandats (environ 6 mandats chaque mois par collaborateur)
• 8 compromis
• 16 notifications SRU

Ainsi, les tarifs varient de 93,80€ par mois pour réaliser tous ces contrats et les faire signer, à 304€ soit 3,2 fois plus ! Sachant que certains prestataires ne proposent même pas l’envoi de la notification SRU (voir tableau "Fonctionnalités") qui sera donc à effectuer par voie postale (et à rajouter au frais ci-dessous).


Pour le coût des signatures électroniques, nous avons bien sûr réalisé nos calculs en prenant en compte les packs de signatures les plus avantageux de chaque prestataire ainsi que leur façon de comptabiliser les crédits (4 crédits débités par signature chez Créatis, 1 crédit = 1 signataire chez Mynotary, 1 crédit = 1 contrat signé par l’ensemble des parties chez Sinimo, etc..)

Les informations ci-dessous ont donc été relevées sur les sites internet des différents prestataires. Si vous représentez l’une des marques citées ci-dessus et que certains éléments vous paraissent erronés, n’hésitez pas à contacter la rédaction de flash-immo à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

 

On vous en dit plus sur ces fameux calculs :

Créatis

Pour calculer le coût par mois du logiciel Créatis sachant que nous souhaitons réaliser 30 mandats et 8 compromis, nous avons procédé de la façon suivante :
Calcul des frais d’entrée 750 € / 12 = 62,50 € par mois (en réalité il vous faudra payer les frais d’entrée en une seule fois et non mensuellement).
Coût d’un crédit de création contrat : Le pack le plus avantageux à notre connaissance est 190 € les 500 crédits. Le coût d’un crédit de création contrat est donc de 190 € / 500 = 0,38 €. Il faut savoir que chez Créatis 2 crédits sont débités pour 1 mandat, l’information précontractuelle coûte 1 crédit et 15 crédits sont débités pour 1 compromis.
Pour réaliser 30 mandats, le coût est donc de (0,38 € x 3) = 1,14 € x 30 = 34,20 €. Et pour 8 compromis (0,38 € x 15) = 5,70 € x 8 = 45,60 €
À cela nous ajoutons le coût des signatures électroniques. Le pack à 190 € les 500 crédits peut servir également pour les signatures électroniques. 4 crédits sont débités à chaque signature de mandat, et 6 à chaque signature de compromis.
Donc pour 30 mandats = (0,38 € x 4) = 1,52 € x 30 = 45,60. Et pour 8 compromis : (0,38 € x 6) = 2,28 € x 8 = 18,24 € soit 63,84 € pour l’envoi des contrats.
Le coût par mois de Créatis est donc dans notre cas de 206,14 €. Attention Créatis ne propose pas l’envoi de la notification SRU, il faudra donc rajouter des frais postaux à ce montant !

Editions Préférence

Pour calculer le coût par mois d’Editions Préférence pour réaliser 30 mandats et 8 compromis, nous avons procédé de la façon suivante :
Coût d’un crédit pour créer un contrat : Le pack le plus avantageux à notre connaissance est 150 € les 500 crédits. Le coût d’un crédit création contrat est donc de 0,30 €. Il faut savoir que chez Editions Préférence 4 crédits = 1 mandat, 8 crédits = 1 compromis.
Pour réaliser 30 mandats, le coût est donc de (0,30 € x 4) = 1, 20 € x 30 = 36 € et (0,30 € x 8) = 2,40 € x 8 = 19,20 € pour 8 compromis soit 55,20 €.
À cela nous ajoutons le coût des signatures électroniques. Editions Préférence passe par le prestataire Sell&Sign. Le pack le plus avantageux est 2 500 € les 1000 signatures soit 2,50 € pour 3 signataires. Pour chaque signataire supplémentaire on rajoute 0,3 € donc pour 1 compromis signé par 5 signataires le coût sera de 3,10 €
Soit (2,50 € x 30) + (3,10 € x 8) = 75 € + 24,80 € = 99,80 €
Le coût par mois d’Editions Préférence est donc dans notre cas de 155 €. Attention Editions Préférence ne propose pas non plus l’envoi de la notification SRU, il faudra donc aussi rajouter des frais postaux…

SINIMO

Chez SINIMO, on peut créer tout type de contrat en illimité pour 29 € HT par mois. Nous n’avons donc plus qu’à ajouter les coûts de crédits signatures.
Coût d’un crédit signature : Le pack le plus avantageux à notre connaissance est 240 € les 200 crédits. Le coût d’un crédit signature est donc de 240 € / 200 = 1,20 €. Il faut savoir que chez SINIMO 1 crédit = 1 contrat signé par l’ensemble des parties.
Pour 30 mandats et 8 compromis nous sommes donc à (1,20 € x 30) +(1,20 € x 8) = 36 € + 9,60 € = 45,60 €. À cela nous rajoutons les notifications SRU 1,20 € x 16 = 19,20 €
Soit 93,80 € par mois au total tout frais inclus.

Modelo

Chez Modelo, le tarif pour créer tous types de contrats en illimité est de 39 € HT par mois. Attention si vous faites des contrats d’entreprises et commerces, il faudra rajouter plusieurs dizaines d’euros supplémentaires.
À cela s’ajoute le coût des signatures électroniques. Chez Modelo le coût d’une signature est de 0,90 € par signataire et 2,99 € pour une notification SRU. Pour un mandat (3 signataires) le coût est donc de 2,70 € et pour un compromis (souvent 5 signataires) le coût est de 4,50 €.
Dans notre cas pour faire signer électroniquement à distance 30 mandats, 8 compromis et 16 notifications SRU, le coût sera de (2,70 € x 30) + (4,5 € x 8) + (2.99€ x 16) = 81 € + 36 € + 47,84 € = 164,84 €
La solution Modelo nous coûte donc près de 203,84 € par mois.

Mynotary

Avec Mynotary on parle également de contrats en « illimité » pour un tarif mensuel à trois chiffres : 123 € pour 5 utilisateurs. Il faut ensuite ajouter le coût de signature électronique des contrats.
Avec ce prestataire un crédit = 1 signataire et le pack de crédits le plus avantageux est de 450 € pour 500 crédits (soit 0,90 € la signature).
Donc pour 30 mandats et 8 compromis nous sommes donc à ((0,90 € x 3) = 2,70 € x 30) + ((0,90 € x 5) = 4,50 € x 8) = 81 € + 36 € = 117.
Pour les notifications SRU, le tarif est de 4 € par envoi soit 4 € x 16 = 64
La solution Mynotary nous coûtera au total 304 €.

En 2020, les agences immobilières ont 3 possibilités qui s’offrent à elles :
1. Rester seules
2. S’affilier à un réseau de franchise
3. Adhérer à un groupement

Si le concept de franchises immobilières est né dans les années 1970, au départ aux États-Unis, celui de groupements est beaucoup plus récent puisqu’apparu il y a une dizaine d’années. Quels sont leurs points communs et leur différences ?

Réseaux de franchise et groupements immobiliers, quels points communs ?

Les réseaux de franchises et les groupements ont en commun qu’ils apportent à leurs membres:

  • Des outils clés en main (brochures, flyers…), des méthodes et des informations pour mieux comprendre le marché et son évolution
  • Des tarifs négociés auprès de partenaires sélectionnés
  • Une assistance
  • Des réunions régulières, une convention annuelle
  • Des formations
  • En général, les agences membres (en particulier les agences avec moins de 10 personnes) sont donc mieux formées, plus motivées et donc plus performantes que si elles étaient isolées.

Différences entre un réseau de franchise immobilière et un Groupement immobilier

Mais il y a bien sûr plusieurs différences entre une franchise et un groupement :

  • La durée d’engagement : 2 à 5 ans coté franchise, 3 mois seulement coté groupement si on prend l’exemple de PROPERTY-PARTNERS
  • Le budget mensuel : 2 à 10% du chiffre d’affaires (avec en général un minimum de 1.000€/mois) coté franchise, 99€/mois coté groupement si on prend l’exemple de PROPERTY-PARTNERS
  • Les droits d’entrée : 5.000 à 25.000€ coté franchise, aucun coté groupement si on prend l’exemple de PROPERTY-PARTNERS
  • Le changement de l’enseigne de l’agence coté franchise, là où, à l’inverse chaque membre conserve son enseigne coté groupement.
  • Une marque commune et des publicités nationales coté franchise là ou l’agence qui fait partie d’un groupement communique localement et sous son enseigne
  • Un site internet national commun coté franchise là ou l’agence qui fait partie d’un groupement conserve son propre site internet. A noter que d’avoir la maîtrise de son site internet, permet de gérer son référencement naturel et payant sur Google
  • La sortie éventuelle d’un réseau de franchise coûtera le changement de l’enseigne, la modification de tous les outils marketing (site internet, brochures…) là ou le départ d’un groupement se fera rapidement et sans frais

Pour être complet, citons aussi les réseaux en licence de marque, qui sont une forme allégée de la franchise (mêmes principes mais droits d’entrée réduits et un abonnement mensuel fixe au lieu d’un % sur le chiffre d’affaires).


A propos du groupement PROPERTY-PARTNERS

  • Crée en 2014 par Marc Jelensperger et Paolo Amaral de Sousa
  • 175 agences / 600 collaborateurs
  • Présents dans 4 pays (France, Belgique, Suisse et Luxembourg)
  • Une assistance 6J/7
  • Des groupes de discussions Whatsapp par thèmes et par régions
  • Des formations mensuelles en vidéo-conférence
  • Un abonnement de 99€/mois
  • Une durée d’engagement de 3 mois
  • En moyenne, une nouvelle agence rejoint le groupement chaque semaine

Vous avez des questions ? Rendez-vous ici ou par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La propagation du coronavirus a apporté de nombreux changements, notamment négatifs, dans différents domaines. L'immobilier en pâtit. L'atmosphère qui règne entre les agents immobiliers et les notaires est tendue depuis que la pandémie a atteint le pays. La source du conflit ? Des statistiques sur les conséquences de la pandémie sur le marché considérées comme infondées.

Un conflit qui ne date pas d'hier

À l'annonce du confinement à cause du covid-19 de nombreux cabinets de notaires ont fermé leur porte. Ayant eu un impact sur leur travail, cette idée était loin d'enchanter les professionnels de l'immobilier. En effet, ils ont besoin d'un acte notarié dûment signé pour conclure leurs ventes. Jean-Marc Tourillon a alors décidé d'envoyer une doléance au gouvernement, selon laquelle il déplore la décision des notaires de restreindre leurs activités à cause du coronavirus. Selon lui, il peut y avoir des impacts lourds sur leurs clients et sur les agences immobilières les plus vulnérables. Il est important de noter que le Syndicat National des Professionnels de l'Immobilier ne partage pas cette opinion.

À cette époque, le représentant des notaires n'a pas mâché ses mots en accusant les professionnels de l'immobilier de prioriser leur intérêt financier au détriment de l'intérêt commun. Selon lui, dans une situation complexe où le covid fait des ravages, il faut éviter de créer des polémiques. Le CSN (Conseil Supérieur du Notariat) a même diffusé un communiqué pour contredire les déclarations de la FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier). En effet, le gouvernement a cherché un moyen pour mettre fin à cette guerre froide engendrée par le coronavirus. Il a ordonné la mise en place d'une nouvelle méthode d'authentification des actes notariés dans le cadre de la lutte contre le covid : la signature électronique. Cette résolution étatique semble avoir apaisé l'atmosphère qui règne sur le marché de l'immobilier.

Des chiffres, à l'origine du rebondissement

Vers mi-avril, le confinement continue pour préserver la population et la situation se complique. La Fédération Nationale de l'Immobilier a publié des chiffres à propos des conséquences de l'arrivée du covid sur le territoire français. Selon l'étude qu'elle a menée, elle affirme avoir estimé à 3000 le nombre d'agences immobilières qui devront bientôt fermer leur porte si le confinement doit continuer. Elle avance également que 20 000 personnes risquent de perdre leur emploi jusqu'à ce que le covid-19 soit vaincu. Dans cette publication, elle mentionne un autre chiffre. Une centaine de milliers de contrats de transactions sont en stand-by. Certains d'entre eux se concluent, mais difficilement. Réunir les personnes concernées relevant presque de l'impossible. En effet, les réunions sont interdites depuis l'entrée de ce virus sur le territoire français.

La sortie de ces chiffres semble déplaire au Conseil Supérieur du Notariat, représenté par son Président. Ce dernier accuse la FNAIM de faire des affirmations gratuites. D'après lui, aucune preuve ne les justifie. Il le mentionne dans une lettre adressée à l'attention du Président de la fédération le 10 avril dernier. Les conséquences du covid se font encore ressentir, la guerre perdure entre la FNAIM et le CSN. Jean-Marc Tourillon n'est pas resté indifférent à ce courrier. Il réagit en y répondant le 14 avril. Il les considère comme humiliants pour une entité légitime, telle que celle qu'il dirige. Il explique alors que les chiffres sur les impacts du coronavirus sont crédibles et fondés.

Des justifications sur les chiffres

Face aux reproches du Conseil des notaires, la FNAIM cherche un moyen de se justifier. Oui, la tension est forte entre les deux entités depuis que le coronavirus touche le pays. Ainsi, elle apporte des explications concernant les statistiques publiées. En ce qui concerne les estimations sur la fermeture des agences immobilières à cause du covid, elles résultent d'une enquête effectuée sur internet. 2000 abonnés (sur 7000) ont répondu à un questionnaire mis en ligne vers la dernière semaine de mars. Pour ce qui est des 100 000 affaires en suspens, la FNAIM aurait pris comme référence le volume de l'année dernière. Les agences immobilières ont réussi à finaliser 1,1 million de contrats en 2019. Ainsi, le nombre de contrats signés, tous les trois mois, peut atteindre les 300 000 (soit 100 000 par mois). Jean-Marc Tourillon ajoute même que ce chiffre concernant l'impact du coronavirus peut, en réalité, tourner autour de 150 000.

De son côté, le CSN fait une remarque à propos de la légitimité de la FNAIM. Son Président déclare qu'elle ne représente pas toutes les agences immobilières, puisqu'elle ne réunit que 50,34 % d'entre elles. Le coronavirus est une source de problème pour les professionnels. Cependant, il existe une issue possible.

Le second dénouement : la fin du confinement

Les chiffres concernant la propagation du covid-19 évoluant, une lueur d'espoir commence à apparaître à l'horizon pour ces acteurs du marché de l'immobilier. Le Président de la République a annoncé que le confinement prendra fin le 11 mai prochain, la lutte contre le coronavirus portant ses fruits. De ce fait, toutes les activités professionnelles peuvent reprendre progressivement à partir de cette date, y compris les transactions immobilières.

D'après les propos de Jean-Marc Tourillon, le climat semble s'apaiser entre les notaires et les agents immobiliers. Pour la première fois depuis la déclaration du confinement à cause du covid, il fait une déclaration positive. Il affirme que les professionnels locaux ont commencé à entrer en contact les uns avec les autres et qu'ils sont prêts à se mettre en selle au moment de la reprise.

Pour sa part, Jean-François Humbert, notaire dans la région parisienne et Président du CSN, suggère que toutes les parties prenantes doivent faire de leur mieux pour accélérer les activités. Pour cela, il propose que celles-ci se mobilisent et essaient de s'apprêter à affronter la fin de cette pandémie. Une fois la lutte contre le covid terminée, ils doivent agir !

Le temps commence à se faire long pour les agents immobiliers, confinés à leur domicile pour la plupart. Et avec la difficulté pour les agences immobilières d’organiser des visites, les outils numériques permettant de poursuivre une activité à distance sont devenus de véritables bouées de secours. C’est notamment le cas de Virtual Visit, l’outil de création de visites virtuelles proposé par Previsite, et de Live Visit, qui permet de visiter le bien à distance.

1 mois d'essai gratuit sur Virtual Visit et Live Visit

Parce que Previsite accompagne depuis sa création les professionnels de l’immobilier en leur proposant des outils innovants, elle souhaite plus que jamais être à leur côté pendant cette crise. Afin de les soutenir, l’entreprise lance dès aujourd’hui un mois d’essai gratuit à Virtual Visit et Live Visit, jusqu’au 29 Mai.

Que comprend cette offre ?

L’offre comprend ainsi un essai d’un mois à l’application mobile Virtual Visit, permettant en quelques clics de réaliser la visite interactive d’un bien.

Les visites de bien étant actuellement impossibles, il est possible de créer la visite virtuelle à l’aide d’un simple smartphone. En cas d’impossibilité de se rendre sur place, les agents immobiliers peuvent solliciter les propriétaires pour leur fournir les images et les importer ensuite dans l’application.

Une visite comme si on y était

L’offre comprend également l’accès à Live Visit, qui permet de profiter de la visite virtuelle à distance, en visioconférence avec un ou plusieurs participants. L’agent immobilier commente la visite et accompagne le ou les clients à chaque étape.

Previsite accompagne également ses utilisateurs à la prise en main des outils Virtual Visit et Live Visit avec une formation en webinar d’une durée d’une heure.

Plus d'info ici :)

A propos de Previsite 

Depuis 20 ans, Previsite est le leader de la création de contenu multimédia pour les professionnels de l’immobilier. A la fois spécialisée dans la visite virtuelle, la vidéo immobilière, la photo immobilière, la visite 3D, Prévisite propose une gamme de solutions permettant de valoriser les annonces des agents immobiliers et des promoteurs. En s’appuyant sur des technologies innovantes, l’objectif est de proposer des solutions simples et efficaces pour apporter une réelle valeur ajoutée à la stratégie de communication digitale des professionnels de l’immobilier. Previsite est une marque de groupe La Boîte Immo, spécialiste de la conception de sites internet et de logiciel immobilier.

Derniers Tweets

Depuis 2013, Marketing immobilier innove chaque année pour les agents immobiliers https://t.co/Hk8S9GuAIf
RGPD pour les professionnels de l'immobilier https://t.co/4CaUDKQQSQ https://t.co/jhS5I3t1jk
Loi ELAN, le retour de l'encadrement des loyers https://t.co/EUdoSmEUlt
Follow FLASH IMMO on Twitter

Partagez cet article

Close

Faites découvrir cet article à toute votre communauté et vos amis