Tiffany WILLM

Tiffany WILLM

Passionnée par l'immobilier et chargée de communication depuis des années

Dans le secteur immobilier, un drame peut rapidement survenir en cas de non-vigilance. Raison pour laquelle, un avertissement a été lancé récemment concernant les balcons, dont le risque encouru est jusqu’à présent très sous-estimé. Il est de l’obligation de l’agent immobilier d’alerter les propriétaires et les locataires sur ce point, pour éviter les drames.

Des infrastructures à découvert

Les balcons sont la partie de la construction qui subit le plus d’agressions, mais lors des transactions immobilières, il s’agit de l’élément le plus négligé, notamment lors des états des lieux. Or, cette partie d’habitation fait face à toutes les intempéries (pluie, vent, poussière) au fil des ans. De ce fait, les infiltrations peuvent altérer la dalle en béton armée. Ce composé doit subir en alternance, dilatations, fissures et autres altérations, du fait de son emplacement à ciel ouvert.

Des signes non trompeurs

Après quelques années, avec ou sans entretien, les balcons ont dû faire face aux aléas du climat, ils ont été sûrement atteints. Les signes les plus évidents s’avèrent être les traces de rouille, si minimes qu’elles soient.

Des risques énormes sans précaution

Les effondrements de balcons font souvent le sujet d’un énorme buzz dans les médias. Une situation qui est normale dans la mesure où les propriétaires ne procèdent pas régulièrement à l’entretien de cette partie de construction.

Or, dès la constatation d’une éventuelle pathologie, soit une fissure bien visible, il est primordial d’y remédier rapidement pour éviter l’aggravation de la situation et des conséquences dramatiques. Effectivement, avec ces fissures, le ferraillage est certainement atteint. Cette altération est la cause fréquente des effondrements. Il est à noter que le ferraillage forme des traces de rouille suite au vieillissement des armatures (oxydation et corrosion), ou suite à l’infiltration d’eau, représentant encore plus de risques.

Des préventions possibles et des prises en charge appropriées

Afin d’optimiser la qualité et la durée de vie des balcons, locataires et habitants d’un immeuble doivent veiller à les entretenir régulièrement. La moindre trace de rouille doit être annoncée aux propriétaires. Ces désordres visibles à l’œil nu doivent attirer l’attention puisqu’ils traduisent de réels problèmes structurels et un fléchissement de la dalle.

Les aléas climatiques, tout comme la pollution, sont néfastes au bon état des balcons. Une fois qu’une trace de rouille apparaît, la réaction doit être immédiate, et des traitements rapides sont à envisager pour y remédier. Le cas échéant, l’état de l’infrastructure peut s’aggraver avec un désenrobage des aciers, créant des fers apparents et une désolidarisation du béton.

Une fois les fers désenrobés, il faut purger le béton entourant l’acier. La suite consiste à traiter le fer avec un antirouille avant de l’enrober à nouveau avec un mortier spécial. Une fois cette étape franchie, l’application d’un antirouille servant d’inhibiteur de corrosion sur les surfaces en béton doit être effectuée.

Néanmoins, il est possible de prévenir ces défaillances techniques. Les aléas climatiques ne doivent pas être un éternel facteur d’infiltration d’eau dans la dalle en béton du balcon, ainsi il est recommandé d’étanchéifier la structure.

Une fois qu’une défaillance survient au niveau des balcons, la prudence oblige à veiller à ce que le poids supporté par la structure soit réduit. Dans la mesure du possible, il est recommandé de ne plus l’utiliser avant la réfection totale.

 Le rôle des agents immobiliers

Dans tous les cas, les agents immobiliers, qui servent d’intermédiaires entre les acheteurs ou locataires, et les propriétaires, doivent être extrêmement vigilants lors de l’établissement des états des lieux.

Tout détail concernant une fissure doit être noté, pour que les deux parties en soient informées.

En même temps, les normes déterminant la sécurité dans le secteur immobilier doivent être bien appliquées pour éviter des pertes matérielles ou de vie, dues à l’effondrement d’un balcon.

Les agents immobiliers sont des acteurs dans ce domaine et sont censés être les initiateurs des travaux d’entretien, avant de mettre en vente ou en location un immeuble avec des balcons à risques.

D’autre part, chaque propriétaire doit connaître le poids maximum supporté par son balcon, de manière à en informer le locataire ou l’acheteur. Effectivement, un surpoids peut aussi être un facteur d’effondrement. Le respect de ce poids doit être appliqué à la lettre pour éviter les dangers. La durée de vie de la structure, une fois échue, doit être rénovée sans attendre les accidents. L’ancienneté d’une structure est aussi à l’origine des risques pour les balcons.

Outre cela, les bureaux d’études et les architectes doivent être plus que stricts dans le respect de ces normes d’étanchéité, avant et pendant la construction de ces structures. Il revient donc à chacun de prendre ses responsabilités pour limiter les risques d’accident ! 

Le chemin avant de signer un mandat est parfois long, mais si les techniques utilisées pour y parvenir sont bonnes, il est possible d’obtenir de très bons résultats. Dans l’immobilier, la prospection restera un des moyens les plus efficaces pour toucher une nouvelle clientèle. Mais cela ne se résume pas à appeler des prospects à la pelle ou envoyer des SMS sans avoir préparé sa démarche au préalable. Préparer son discours, anticiper les questions susceptibles de nous être posées, connaître l’offre et la demande du marché immobilier de son secteur, voici les clés d’une prospection de qualité !


Une prospection immobilière, ça se prépare !

Prospecter de manière efficace, c’est trouver des clients qui accepteront de mettre à disposition leur bien et d’en gérer la vente ou la location. Pour cela vous pouvez faire le traditionnel porte à porte, la pige immobilière avec prospection téléphonique, la pige par SMS, et bien d’autres. Peu importe le moyen choisi, vous devez remplir à 100% votre rôle de professionnel de l’immobilier. Avec un devoir de conseil obligatoire, vous devez connaitre le marché immobilier local sur le bout des doigts afin de proposer un service de qualité et sans faille à vos clients : prix, évolution du prix de l’immobilier et du m² de la zone sur laquelle vous travaillez (région, ville, quartier), qualité de vie et vie de proximité. Le site Monbien.fr met à disposition gratuitement et en une recherche, toutes les informations utiles d'une ville sélectionnée, l’occasion pour vous d’être expert dans votre domaine et de rassurer vos clients !

Pour proposer un service adapté au besoin du client, vous devez également analyser au mieux sa situation. Grâce à des logiciels comme Pige Online, vous pourrez voir depuis combien de temps un bien a été mis en vente, s’il a subi une baisse de prix ou si ses conditions ont évolué. Au moment de contacter le prospect, vous avez ainsi les arguments pour répondre à sa demande, en croisant toutes les informations que vous aurez récoltées au préalable.

Quelques secondes pour convaincre !

Les premières secondes lors d’une conversation téléphonique sont les plus importantes ! C’est dans ce court moment que vous devez convaincre votre potentiel client de passer par vos services. Alors pour vous aider dans cette démarche, vous pouvez inverser la tendance en remplaçant la prospection téléphonique traditionnelle par de la pige par SMS !

Malgré votre expertise avérée, vous souhaitez surement vous dégager du temps pour vous concentrer sur votre cœur de métier, le conseil. Il existe pour cela des systèmes automatisés d’envoi de SMS comme le propose Marketing Immobilier. Avec cette technique, ce sont les vendeurs et bailleurs qui vous contactent après avoir reçu le SMS envoyé à votre nom, un moyen de rentrer des mandats sans avoir à prospecter. Mais pour signer le mandat, vous devez tout de même faire votre devoir de conseiller ! Le problème étant le suivant : comment savoir sur quel bien le client nous contacte ? Marketing Immobilier SMS a pensé à tout : quand un prospect ayant reçu un message vous appelle, vous recevez dès le début de l’appel un SMS et un e-mail avec le détail de son annonce, ainsi vous pouvez personnaliser votre discours et surtout, vous ne serez pas pris au dépourvu !

Catherine Durant, Les Portes Clés de l’Immobilier
« Dans le cadre des campagnes de pige immobilière par SMS, Marketing Immobilier inclut des services tels que les alertes e-mail et SMS avec l’annonce du bien à chaque appel. C’est très pratique, on peut ainsi adapter son discours ! Faire la pige cela est vraiment difficile moralement. Opter pour ce type de communication me convient davantage, même s’il m’arrive encore d’en faire occasionnellement, je continue à suivre le marché des particuliers à particuliers via mon logiciel Pige Online. »

Plus vous préparerez votre discours et plus vous conforterez votre client dans son choix de mandat. En étant à l’écoute, vous pourrez ensuite récolter les informations vous permettant de croiser l’offre et la demande. Une chose est sûre, quel que soit le canal de prospection que vous choisirez, faites-en sorte d’être toujours joignable ! Et si en plus de cela vous répondez au client comme si vous attendiez son appel, c’est un mandat assuré !

L'année 2019 voit pour ArchiDeco le renouvellement du partenariat avec Mieux chez soi suite au succès de la première saison de la nouvelle émission de Stéphane Plaza.

Pour rappel "Mieux chez soi" est un concept original d'émission d'architecture d'intérieur et de décoration. A chaque émission, les participants exposent leur problématique à Stéphane Plaza qui leur présente deux professionnels architectes d’intérieur. Tous les soirs, pendant plusieurs semaines donc, un binôme d’architectes d’intérieur proposera des solutions d’aménagement pour deux logements. Cette fois pas besoin de déménager pour les participants puisque Stéphane Plaza mettra tout en œuvre pour embellir les intérieurs et les faire se sentir mieux chez soi ! L’agent immobilier préféré des français ne sera pas seul à diriger l’émission. À ses côtés on retrouvera plusieurs architectes d’intérieur de renom mais aussi trois décoratrices d’intérieur. Les trois décoratrices vont mettre en avant mobilier et objets déco qui collent parfaitement avec le projet de vie des participants. A noter qu’une fois que les participants valident le choix d’un des deux projets proposés les travaux démarrent et quelques semaines plus tard, les participants découvrent leur maison ou leur appartement transformé.

Chaque nouvelle émission correspondra à un nouveau défi : comment faire rentrer de la lumière dans une pièce trop sombre, comment créer une salle de bain dans une petite chambre, comment créer une chambre d’enfant dans les combles, comment rendre une cuisine de 5 m2 fonctionnelle et pratique ou encore, comment gagner de la place sans un m2 de plus... Ce nouveau concept est totalement au goût du jour car les français ont envie de vivre dans un logement agréable et n’ont pas toujours le temps, l’envie ou les compétences pour se lancer dans une rénovation ou de la déco.

Studio 89 et M6 ont fait appel à l'expertise d'ArchiDeco pour les accompagner dans la réalisation des projets et films 3D. L’équipe ArchiDeco composée exclusivement d’architectes d’intérieur spécialisés 3D relève une nouvelle fois le défi de réaliser un nombre record de films et projets 3D dans un délai très court pour répondre aux exigences de cette nouvelle saison.

Comme lors de la première saison les visuels et films 3D réalisés par ArchiDeco aident les participants à se projeter de façon efficace et pouvoir faire un choix entre les différentes solutions proposées. Le fait que chaque projet 3D soit réalisé par un architecte d’intérieur permet d’adapter tous les projets en fonction du type de bien immobilier et de la problématique de chaque client. Le défi lors de chaque émission sera de fournir des projets 3D réalistes et réalisables car une fois le choix des particuliers effectué, chaque projet 3D réalisé pourra faire l’objet de travaux.

L’expertise d’ArchiDeco dans le domaine de la 3D permet d'illustrer les projets des architectes d'intérieur Mieux chez Soi avec des avant/après bluffants de réalisme.

En effet afin d’aider les clients à faire leur choix, chaque projet 3D est décomposé en rendus 3D de qualité ainsi que d’un film 3D photo-réaliste permettant de visualiser les futurs travaux. La qualité et le réalisme des projets 3D réalisés par ArchiDeco permettent aux particuliers de choisir une solution en toute connaissance de cause.

Au-delà du partenariat avec M6 et Mieux chez soi, ArchiDeco accompagne depuis 10 ans agents et promoteurs immobiliers afin de faciliter la vente des biens immobiliers.
www.archideco.fr

Les professionnels de l'immobilier doivent utiliser des documents immobiliers irréprochables sur le plan juridique et en particulier lorsqu'il s'agit de leurs mandats.

En effet, avec les nombreuses modifications législatives que nous connaissons ces dernières années, les causes de nullité d’un mandat de vente / location peuvent être nombreuses. Et qui dit nullité d'un mandat, dit honoraires aux oubliettes ! Vous devez donc faire preuve d'une grande prudence et faire signer des mandats en bonne et due forme.

Faut-il donc investir dans des modèles de contrats types ?

Si vous n'êtes pas un professionnel du droit, vous vous dîtes certainement que le mieux est d'investir dans des modèles de contrats élaborés par des spécialistes du secteur ! Mais de nouvelles mentions obligatoires font leur apparition chaque année, il vous faudra donc réinvestir régulièrement dans de nouveaux modèles mis à jour récemment.
La plupart du temps ces modèles de contrats proposés à l'achat ne permettent aucune personnalisation, ils comprennent de multiples clauses qui ne sont pas forcément appropriées et qui auront tendance à embrouiller vos clients ! Résultat, vous devez raturer des clauses entières et adapter le document vous-même. Le document final n'est en fin de compte pas très professionnel malgré tout le temps investi.

Existe t-il d'autres solutions ? 

Face aux enjeux rencontrés par les professionnels de l'immobilier, des modèles intelligents d'acte électroniques ont fait leur apparition.

L'application SINIMO, qui a été développée très récemment permet ainsi une personnalisation des contrats à 100% en un temps record. Elle intègre de nombreuses fonctionnalités pour faire gagner du temps aux professionnels de l'immobilier tout en leur assurant des documents régulièrement mis à jour.

Avec ce nouvel outil, on numérise facilement ses documents et on les annexe au contrat grâce à une simple photo, on évite la re-saisie d'informations, on transforme facilement un mandat en compromis de vente, on évite d'imprimer, de photocopier, d'envoyer par la poste des centaines de documents.....bref, on gagne du temps et on est certain de présenter des contrats immobiliers 100% conformes, puisqu'ils sont rédigés par des spécialistes du droit. C'est ce qui a d'ailleurs convaincu l'agence Point Logement de Vernou sur Brenne :

" Dans notre secteur, nous devons impérativement avoir des documents à jour, incluant les nouvelles lois. Nous sommes une agence indépendante et avec l'inflation législative que nous connaissons ces dernières années, ce n'est pas toujours évident d'être au point ! Avec Sinimo, nous sommes ainsi certains de la qualité juridique de nos documents et de leur actualisation régulière. " explique Jessica Girard, négociatrice immobilière

Pour 290€ / an seulement, il est en effet possible de créer et éditer un nombre illimité de contrats, sur tous types de supports et les faire signer en face à face ou à distance grâce à un système sécurisé certifié EiDAS. Un dossier de preuve est ensuite archivé pendant 10 ans chez Arkhinéo, filliale de la Caisse des Dépôts. Avec Sinimo, la conformité juridique de tous vos écrits est assuré et dans notre secteur, c'est bien l'une de nos priorités ! Cet outil mérite toute notre attention. Plus d'infos ici

Vous hésitez à géolocaliser vos biens en mandats ? Voici quelques retours d'expérience de professionnels qui pourraient bien vous convaincre...

Pourquoi géolocaliser ?

Cette technologie ne cesse de faire parler d'elle. Géolocaliser est devenu un incontournable, comme l'indication du nombre de pièce ou la surface !
Géolocaliser c'est tout simplement évoluer et s'adapter à la demande de ses clients. Pour la plupart des clients acheteurs, il est normal de rechercher un bien en fonction de sa localisation et de sa situation au sein d'un quartier. "Géolocaliser est devenu quelque chose de normal et les professionnels qui ne géolocalisent pas leurs mandats pourraient bien se priver d'une audience croissante" explique Olivier Drouot, fondateur de Monbien.fr un portail immobilier innovant qui a été l'un des premiers à prôner cette technologie.

Sur quels supports géolocaliser ?

Lorsque vous géolocalisez un mandat, autant le géolocaliser sur tous les supports possibles : votre site web mais également différents portails immobiliers. Attention, tous les portails immobiliers ne proposent pas encore la géolocalisation ou vous feront payer cette option, choisissez donc vos supports en fonction. Sur Monbien.fr, la géolocalisation immobiliere des biens est gratuite. Elle peut être précise ou indiquer uniquement le quartier du bien. Dans tous les cas, les internautes peuvent s'assurer que le bien immobilier est sufisament proche de leur lieu de travail par exemple ou des transports en commun.

Comment intégrer cette technologie ?

La plupart des logiciels de transaction intègrent désormais cette technologie et de nombreux portails d'annonces s'y essaient avec une qualité d'affichage et une présentation plus ou moins bonne. Selon Laurence Chevallier, directrice de l’agence Vincenne et vous, il n’y a qu’à cocher les cases correspondantes sur la page administrateur ! ». Cette technologie est donc relativement facile à intégrer.

La crainte du vol de mandat

La plupart des professionnels interrogés expriment clairement leur peur de se faire voler un mandat par un concurrent mais certains éléments font passer cette dernière au second plan et "le vol de mandat existait bien avant la géolocalisation grâce à la seule diffusion de photos de l'extérieur du bien" explique Bruno Gauthier, directeur d'une agence Guy Hoquet.

Pour éviter le vol de mandat, de nombreux agents immobiliers font le choix de la géolocalisation partielle, lorsque le portail immobilier le permet. "Géolocaliser partiellement permet de fournir des informations cohérentes aux acheteurs sans indiquer précisément la position du bien en mandat " explique le directeur de Monbien.fr.

La géolocalisation appliquée à tous les types de mandats

Les agents immobiliers ayant répondu à l'enquête ont affirmé qu'ils géolocalisaient autant les mandats exclusifs que les mandats simples.

Une annonce géolocalisée génère plus de contacts

Tous les professionnels interrogés s'accordent sur un point : "les annonces géolocalisées génèrent plus de contacts que les annonces traditionnelles" et ces contacts sont souvent bien plus qualifiés. Les prospects obtiennent déjà de nombreuses informations rien qu'en lisant votre annonce, c'est un vrai gain de temps pour les deux parties.

En résumé, géolocaliser ses biens n'est pas un choix qui se regrette! Elle permet de répondre à une réelle demande, les critères de recherche ayant considérablement évolué. Elle est aujourd'hui considéré comme un élément essentiel dans une annonce, tout comme la surface et les professionnels de l'immobilier qui ne sont pas à la page pourraient bien se le faire reprocher ! Pour géolocaliser gratuitement vos biens en mandat, en quelques clics, c'est par ici !

Une agence immobilière qui tourne à plein régime est une agence immobilière composée de négociateurs immobiliers heureux et motivés. Voici donc comment améliorer le bien être au sein de votre agence pour attirer et fidéliser les bonnes compétences. 

Vos employés seront toujours vos meilleurs ambassadeurs ! Pour attirer les perles rares, il vous faudra donc tout d'abord satisfaire vos employés actuels et répondre à la plupart de leurs attentes. Ceci doit être l'un de vos principaux objectifs car le succès de votre entreprise en dépend !

Un bon salaire ne suffit plus

De nos jours, un bon salaire ne suffit plus pour fidéliser ses employés et les motiver.

Pour vous prémunir contre des départs à répétition qui pourraient pénaliser l'image de marque de votre agence, il vous faudra placer l'humain au coeur de votre stratégie.

Le temps où les salariés restaient plus de 20 ans dans une même entreprise est révolu ! Les bons négociateurs immobiliers sont de plus en plus sollicités et prêts à changer d'enseigne si l'herbe est plus verte ailleurs ! Pour les fidéliser, il vous faudra impérativement :

Moderniser vos pratiques et votre environnement de travail

De trop nombreuses agences immobilières hésitent à changer leurs pratiques par habitude. Elle restent ainsi enracinées dans des procédés considérés comme archaïque à l'heure du digital !
Pour attirer et fidéliser de jeunes négociateurs talentueux, il vous faudra donc moderniser vos outils et vos pratiques. Proposez-leur par exemple des façons de travailler innovantes et écologiques. La plupart des agents immobiliers seront fiers de travailler pour une entreprise moderne, en accord avec son temps et respectueuse de l'environnement. Leur implication sera sans aucun doute démultipliée et votre image de marque améliorée ! Vous faites d'une pierre deux coups : fierté du personnel et satisfaction client.
Dans notre secteur, il est tout à fait possible d'opter pour un outil de dématérialisation des états des lieux par exemple. En effet, les états des lieux numériques sont reconnus juridiquement et permettent d'éviter de nombreux soucis entre propriétaires et locataires : Les documents sont propres, sans rature et parfaitement lisibles. Certaines applications proposent même un comparatif entrée / sortie en un clic qui vous fera gagner un temps précieux. N'hésitez pas à consulter notre article : "Applications d’Etats des lieux : perdus dans la jungle des tarifs ?" pour faire le bon choix et investir dans un outil ayant un bon rapport qualité / prix.

Offrir de la liberté

Moderniser son agence c'est également offrir plus de liberté à ses négociateurs immobiliers dans l'organisation de leur travail. Chacun de nous a un cycle d'activité différent. Des études le prouvent ! Nous ne sommes pas tous productifs au même moment de la journée.

Vous pouvez donc proposer à vos collaborateurs d'organiser librement leur journée en les équipant de logiciels adaptés, pour travailler n'importe ou, n'importe quand et avec une grande flexibilité horaire.

Pour la pige par exemple, le logiciel Pige Online est parfaitement adapté au télétravail, il permet aux négociateurs immobiliers de réaliser leur pige depuis le support de leur choix : téléphone, tablette, ordinateur sans aucune contrainte horaire. L'outil en ligne est simple, intuitif et ne nécessite aucune installation. Il permet également la création d'alerte pour être informé à n'importe quel moment de la journée de la publication d'un bien intéressant sur le secteur.

Former et challenger

Les bons négociateurs immobiliers aiment les défis. Pour les motiver n'hésitez pas à organiser régulièrement des challenges. L'outil que nous vous avons présenté précédemment (Pige Online) permet par exemple d'analyser le nombre d'appels passés, le nombre de rendez-vous pris et le ratio appels / rdv de chacun de vos collaborateurs ! Ce type d'outil est vraiment utile pour suivre votre équipe et les former individuellement. Plus d'infos ici

Vesta, un emblème protecteur des professionnels de l'immobilier

Vesta, la déesse romaine du foyer, de la maison et de la famille a été choisie par la FNAIM (Fédération Nationale de l'Immobilier) pour représenter le caducée. Désormais à la manière des notaires et des huissiers, les agents immobiliers, les syndics de copropriété ainsi que les administrateurs de biens peuvent placer ce nouveau symbole sur leur façade. Vesta est disponible dans une version « plaque murale » et « enseigne drapeau ». Elle est également visible sur les cartes de visite. Tour d'horizon sur ce nouvel insigne signé Jean-Marc Torrollion.


Deux exemplaires visant à mettre en valeur votre expertise

L'emblème apposé sur la façade indique aux particuliers que vous disposez de la carte professionnelle avec les assurances, les garanties financières afférentes ainsi que les formations imposées par la loi.

Le caducée « Vesta immobilier » se fixe d'une manière simple sans nul besoin d'un installateur dédié. Question esthétisme, l'insigne a tout pour plaire. Son design a été particulièrement étudié pour qu'il suscite la curiosité et l'intérêt des passants.

Vesta a été conçu dans un revêtement alternatif au plastique. Il est plébiscité pour sa solidité et sa grande résistance aux intempéries. Votre emblème restera donc en place pendant de longues années.


Un symbole de reconnaissance attribué aux agents immobiliers

Comme tout autre professionnel, les agents immobiliers ont besoin d'être reconnus et souhaitent se démarquer des autres métiers qui tournent autour de l'immobilier. C'est la raison pour laquelle la FNAIM a choisi son caducée – un insigne destiné à la profession au même titre que les pharmaciens.

C'est la loi Elan établie le 23 Novembre 2018 qui a irrémédiablement consacré les titres d'agent immobilier, de syndics de copropriété et d'administrateur de biens. Les personnes qui tentent d'usurper lesdits titres sont passibles d'une peine de six mois d'emprisonnement associée à une amende de 7 500 euros selon la loi Elan. En d'autres termes, Vesta a été mis en place pour remettre chacun à sa place et pour lutter contre les irrégularités concurrentielles.

Vesta vient renforcer la reconnaissance de ces titres. Cet emblème fait office d'outil de qualification. Un élément annexe qui sert à protéger les agents reconnus et qualifiés. L'identité réglementaire de ces derniers est dorénavant matérialisée à travers ce nouvel insigne. Il permet également de différencier les différents agents commerciaux des agents immobiliers. Il s'agit des agents commerciaux immobiliers, des négociateurs, des conseillers ou des consultants.


L'objectif du caducée : éclairer, défendre et rassurer les clients

Comme on le sait tous, Vesta porte une lance dans l'une de ses mains et une torche dans l'autre. D'où, l'apparition de la devise en latin « Lucere Defendere » qui signifie éclairer et défendre. Ces deux mots résument le rôle des professionnels de l'immobilier.

Ils renseignent la clientèle sur la valeur réelle d'un bien immobilier, la tendance du marché et les éventuelles évolutions à venir ainsi que sur la compréhension de la loi. Ainsi, ils défendent les intérêts de la clientèle en termes de respect des législations en leur faisant bénéficier d'une meilleure sécurité juridique.

La profession d'agent immobilier, de syndic et d'administrateur de biens est conforme à la loi Hoguet qui va bientôt fêter ses 50 ans le 02 janvier 2020. Le titulaire de la carte professionnelle doit respecter une charte déontologique qui régit la profession.

C'est le Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilière ou CNTGI conçue par la loi Alur qui représente la profession. Il revient à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes d'assurer son secrétariat. La loi Elan a intégré une commission de contrôle des activités immobilières au sein du CNTGI.

Cet insigne pourra rassurer les consommateurs étant donné qu'il est un gage de savoir-faire et d'aptitude professionnelle. C'est également l'assurance du respect des réglementations. Pour certains particuliers, cette action est interprétée comme une mesure préventive qui vise à contrecarrer les nouvelles agences low cost en ligne et les réseaux de mandataires immobiliers. « Nous tenons à apporter une lecture simple aux clients et aux pouvoirs publics concernant notre réglementation. En ce sens, nous organisons les aptitudes en évitant de ce fait les possibles confusions. Nous clarifions l'activité et les modèles » appuie Jean-Marc Torrollion, président fondateur de la FNAIM.

Dans le cas d'une réclamation, le client sait qu'il doit se diriger vers le titulaire de la carte symbolisée. L'insigne est ainsi une preuve supplémentaire que la profession est réglementée.

Vesta immobilier est donc un repère efficace et fiable pour les consommateurs permettant de leur indiquer qui est le professionnel en face d'eux. Plus besoin de long discours pour expliquer qui on est et quelle est notre activité. « C'est une manière de renforcer les lettres de noblesse de la profession ».


Loading sur la reconnaissance de l'État

Bien que l'insigne ne soit pas obligatoire ni exigé par la loi, la FNAIM est dans l'attente d'un arrêté ou d'un décret pour le rendre officiel. Le symbole ne s'adresse pas uniquement aux agences membres de la FNAIM.

À ce jour, la FNAIM continue les échanges avec l'État afin de mettre en place son caducée – le symbole officiel des agents immobiliers qui sont titulaires de la carte professionnelle. Des demandes ont été envoyées et destinées à Julien Denormandie, Ministre chargé de la Ville et du Logement.

En tout cas, l'insigne n'est pas du tout un logo. Il demeure un symbole qui n'interagit pas avec l'enseigne commerciale existante. Il n'interfère en aucun cas avec l'appartenance à un syndicat ou à un réseau. C'est notamment un indice d'appartenance à un métier qui sera prochainement reconnu par l'État. Cette réglementation n'est pas du tout un rempart contre l'innovation.

Le lancement de l'insigne auprès du grand public devrait avoir lieu début 2020.

Attendue depuis plusieurs mois, la réforme de la copropriété est une opération inédite, publiée dans le Journal Officiel. Saluée pour ses nombreuses avancées, sa sortie génère toutefois de nombreux débats auprès des professionnels de l'immobilier qui regrette la suppression de son article phare : le plan pluriannuel de travaux ! Une disposition qu’ils jugeaient essentielle dans leurs propositions !

Le retrait du PPT, une mesure impopulaire

L'avis de Jean Marc Torollion, président de la FNAIM

Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) qualifie de « surprise » le retrait de cet article rendant obligatoire un plan pluriannuel de travaux (PPT).

Cette disposition a fait l’objet de longs mois de travaux au sein du Conseil national de la transaction et de la gestion immobilière (CNTGI) et pour celui-ci la mise en place du plan pluriannuel des travaux aurait permis une « plus grande anticipation de la part des copropriétaires». Ce qui aurait été fort utile pour prévenir de nombreux sinistres comme celui de la rue d’Aubagne, à Marseille, le 5 novembre 2018 (incendies d'immeubles non rénovés).

L'avis de Géraud Delvolé, délégué général de l'Union des syndicats de l'immobilier

Pour sa part, Géraud Delvolvé, estime que ce retrait peut être justifié. Il pense que le caractère obligatoire du plan pluriannuel de travaux aurait pu souffrir de l’imprécision d’une planification des travaux dans l’espace et le temps. Géraud Delvolvé reconnaît tout de même que la mise en place obligatoire d’un plan pluriannuel de travaux aurait eu pour effet de stimuler les réflexes d’anticipation dans la gestion des copropriétés. Ces réflexes auraient eu pour corollaire une culture de la maintenance des bâtiments, surtout pour les immeubles de plus de 15 ans !

L'avis Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Management des Services Immobiliers

Henry Buzy-Cazaux, quant à lui, regrette que l’Ordonnance ne considère pas les propositions faites par les professionnels de l’immobilier. À son avis, le retrait de l’article 13 est préjudiciable pour deux raisons majeures :

  • D’une part, le plan pluriannuel de travaux permettait d’étaler à court, moyen ou long terme les travaux de remise à niveaux des copropriétés de plus de 15 ans. Cette planification pluriannuelle aurait amené les copropriétaires à adapter les immeubles aux exigences légales, notamment en ce qui concerne la protection de l’environnement. Les travaux obligatoires auraient aussi concerné les opérations de réfection et de consolidation des architectures des immeubles.
  • D’autre part, selon Henry Buzy-Cazaux, le renflouement des fonds alloués aux travaux allait se faire de manière permanente, ce qui aurait permis des planifications plus objectives.
    Le président de l'Institut du Management des Services Immobiliers regrette également que l’État ait modifié le texte, sans avoir prévenu Hugues Périnet-Marquet. En effet, Hugues Périnet-Marquet est le président du Conseil national de la transaction et de la gestion immobilière (CNTGI), grand architecte du projet d’un plan pluriannuel de travaux. Il a découvert le retrait de l’article dans le Journal Officiel. En effet, quelques heures avant la publication de l’Ordonnance au Journal Officiel, le 31 octobre 2019, les professionnels de l’immobilier en France s’attendaient à une adoption du projet de mise en place obligatoire du plan pluriannuel de travaux. Mais tel n’est pas le cas !

Face à la déception des professionnels de l'immobilier, le ministre Julien Denormandie a néanmoins affirmé revoir sa copie et la fameuse mesure pourrait être réintroduite dans le texte dans les mois à venir !

Une réforme globalement satisfaisante

Une implication plus active et plus participative dans la gestion des immeubles

En dehors du retrait de l’article 13, Jean-Marc Torrollion, le président FNAIM se satisfait de l’expression de l’égalité juridique des copropriétaires. La réforme consacre une implication plus active et participative dans la gestion des immeubles. Tous les copropriétaires sont égaux dans les actions à entreprendre dans ce sens. Cette approche participative est matérialisée par la mise en place d’un régime juridique suffisamment égalitaire. Cette égalité écarte le risque d’un système ambivalent, qui pouvait provoquer, selon Jean-Marc Torrollion, des différences dans le traitement juridique et fiscal des copropriétés en France.

La prise en compte de la particularité des bâtiments

Le président de la FNAIM salue le fait que la réforme tienne compte des particularités de certains bâtiments (comme les immeubles professionnels) et les copropriétés de moindre envergure, qui requièrent une gestion moins rigoureuse.

Renforcement du rôle du syndicat des copropriétaires

Par ailleurs, il estime que la mise en place d’un syndicat des copropriétaires et le renforcement de son rôle sont des avancées remarquables. En effet, cette entité avait un rôle qui se réduisait à l’observation de la gestion des immeubles. Désormais, le syndicat sera responsable non seulement de la bonne gestion, mais aussi de la politique de conservation et d’amélioration de l’état des lieux. Ainsi, le syndicat des copropriétaires joue un rôle clé dans le respect des exigences qu’imposent les logements de plus de 15 ans. Le président de la FNAIM s’attend à plus d’efficacité de la part de ces organisations, dont le rôle est un peu plus accru. Les attributions du syndicat et les nouvelles possibilités qui lui sont données constituent des avancées, pour plus d’efficacité dans la gestion immobilière.

Assouplissements dans les procédures de prise de décision

La Fédération nationale de l’immobilier retient deux aspects positifs de cette réforme de la copropriété :

  • D’abord, les assouplissements dans les procédures de prise de décision dans le fonctionnement des copropriétés sont notables : La dématérialisation des votes, avec l’introduction du vote par correspondance lors des assemblées générales des copropriétaires, est une avancée remarquable, très appréciée des professionnels
  • Ensuite, l’aménagement des nouveaux modes de gestion des copropriétés est satisfaisant. La réforme prescrit la possibilité de segmenter une copropriété contenant plusieurs bâtiments, de manière à ce que chaque subdivision corresponde à un sous-syndicat de copropriétaires. Toutes ces mesures sont saluées par la FNAIM.

Nombreuses sont les agences immobilières, les sociétés spécialisées ou encore les indépendants qui réalisent des états des lieux. En France, les locations prennent une grande place sur le marché et celles-ci ne cessent d’évoluer. Des étudiants en colocation, des jeunes actifs qui décident de louer avant de s’engager dans un achat ou encore des couples qui se séparent pour louer chacun un bien, les cas de figures sont divers et variés. Une chose est sûre, plus il y a de locations, plus y a de locataires et de propriétaires bailleurs, avec des personnalités toutes différentes. Alors pour éviter les litiges entre les parties, la solution est simple : les états des lieux doivent être 100% conformes !


Respecter la loi pour éviter les désaccords

Depuis des années en France, louer un bien est devenu chose courante : appartement, maison, logement de fonction, studio étudiant, les possibilités sont multiples. À ce moment là, il est ainsi nécessaire de mettre en place un contrat de location, à savoir un bail, établi entre les différentes parties. Annexé à ce bail, on y retrouve l’état des lieux, un document longtemps négligé souvent considéré comme « paperasse inutile ».

Heureusement, grâce à la loi ALUR adoptée en mars 2014, l’état des lieux a trouvé un cadre légal et celle-ci est venue encadrer le devoir des propriétaires et des locataires. Cette mesure permet aujourd’hui de réduire les risques de litiges.

En effet, faire appel à un huissier pour constater un simple désaccord engendre des frais allant de 132,56 € pour un logement inférieur à 50 m² à 231,66 € pour un logement supérieur à 150 m².

Le début de frais non négligeables qui devront être partagés entre le locataire et le propriétaire.

Les litiges sont rares lors d’un état des lieux d’entrée, mais il faut faire très attention aux vices de forme. Le décret n°2016-382 daté du 30 mars 2016 de la loi ALUR stipule qu’il est obligatoire de rédiger un état des lieux contradictoire, celui-ci doit être signé en présence des deux parties et doit comporter des mentions obligatoires :

  • La date de réalisation de l’état des lieux
  • La localisation du logement
  • L’identité du propriétaire et du locataire
  • Les relevés des compteurs individuels d’eau et/ou d’énergie
  • L’inventaire des clés du logement loué
  • La description détaillée de chaque pièce (sol, mur, plafond, fenêtres, porte, etc.) et de chaque équipement du bien loué et de leur état (bien meublé)


Pour terminer, la loi exige également un état comparatif entre l’entrée et la sortie sur une base de critères identiques. Cette notion permettra aux différentes parties de constater l’usure des équipements (usure normale ou causée), la propreté (tâches, marques sur les murs et sols) et la dégradation du logement.

Pour réaliser des états des lieux à la hauteur de toutes ces exigences, il faut redoubler de vigilance. Autrefois réalisés sur papiers, les états des lieux se mettent aujourd’hui au rythme des nouvelles technologies !


Réaliser des états des lieux 100% conformes

Respecter la loi tout en respectant la nature, c’est ce que promet l’application Startloc. Une application qui permet de dématérialiser ses états des lieux sur tablette et PC. Grâce à elle, vous pouvez dire adieu au papier, adieu aux ratures et surtout adieu aux litiges !

Les états des lieux réalisés avec l’application Startloc ne comportent aucune faille. L’application permet de dupliquer à son identique un état des lieux d’entrée en sortie. Celle-ci mettra ainsi en évidence tous les changements dans un tableau comparatif. Il est également possible de prendre des photos de chaque élément (sols, murs, équipements) directement annexées à l’état des lieux. Un inventaire est également proposé avec un détail du mobilier, de l’électroménager (marques) et de la vaisselle.  À la fin d’un état des lieux, chaque partie signe électroniquement le document et celui-ci ne sera plus modifiable, sauf annulation des signatures avec consentement mutuel. Tous les états des lieux sont ensuite sauvegardés sur des serveurs sécurisés afin d’éviter toutes pertes de données, contrairement au papier pouvant être facilement falsifiable ou perdu.

Odile, Agence de la Poste

« Startloc me permet de réaliser des états des lieux très précis avec photos. Les locataires ont toujours à redire, ils pensent souvent laisser le bien dans le même état qu’ils l’ont reçu. Avec Startloc, je m’ouvre un parachute blindé ! Je prends des centaines de photos pour preuve à l’entrée pour attester de l’état des différents éléments. Le 1er état des lieux est souvent long car je détaille énormément, mais je sais que je gagnerai du temps par la suite. À la sortie, je n’ai plus qu’à dupliquer l’entrée, créer un état des lieux de sortie et marquer les changements. Je reprends des photos, l’état comparatif entrée / sortie est alors clair, incontestable. Au final, je gagne du temps et j’évite tous soucis juridiques ! »

Réaliser un état des lieux conforme est un devoir qui, s’il est respecté, fera profiter à tout le monde d’une grande sérénité : locataire, propriétaire et professionnel de l’immobilier. En se munissant d’un outil de travail performant, il est possible d’optimiser son temps en évitant les litiges. Vous gagnerez également en crédibilité, car un état des lieux bien réalisé, c’est des clients satisfaits. Et des clients satisfaits, c’est toujours plus de clients !

Vous n'êtes pas sans savoir que le professionnel de l'immobilier a un devoir d'information et de conseil envers ses clients particuliers. Face aux nombreux soucis juridiques pouvant être rencontrés, comment prouver la bonne exécution de votre mission et parer à toute réclamation ? 

En bon professionnel de l'immobilier, un agent doit livrer à ses clients acquéreurs toutes les informations qui lui aurait été transmises sur le bien faisant l'objet de la vente, et en particulier si l'une de ses informations peut potentiellement avoir des conséquences sur leur décision finale ! A défaut, sa responsabilité peut être engagée. En cas de doute, celui-ci doit se renseigner de par lui‐même sur tous les points d'une certaine importance.

Un cas de jurisprudence intéressant

Pour la petite histoire : Suite à quelques désordres affectant leur bien post-achat, un couple a porté plainte contre un agent immobilier en lui reprochant d'avoir commercialisé leur maison en précisant que la toiture du dit bien était neuve.
Il aurait selon les époux C...manqué à son devoir de conseil et d'informations.
Cette indication les aurait trompé sur la qualité des travaux et le professionnel ne leur aurait pas indiqué que la toiture avait été remise à neuf par le propriétaire lui même qui n'était pas un professionnel du bâtiment.

Dans ce cas précis, le professionnel de l'immobilier aurait pu être condamné s'il n'avait pas apporté la preuve de la bonne exécution de sa mission ! Or celui ci avait judicieusement fait préciser cette information dans le compromis en vente en précisant que le constructeur est le vendeur et en ajoutant qu'aucune police d'assurance n'a été souscrite pour la réalisation de la construction. Celui-ci aurait pu être condamné lourdement s'il n'avait apporté aucune preuve de la transmission de l'information alors même que le couple était de mauvaise foi !

Quel est le meilleur moyen pour parer à une réclamation ?

Pour parer à une réclamation, la méthode la plus efficace reste l'écrit ! Mais attention aux emails ayant une valeur juridique incertaine.

A l'heure actuelle, l'envoi d'un document dématérialisé avec signature électronique est davantage préconisé.
Dès lors que vous êtes informé par le propriétaire vendeur d’un défaut, d’un vice du bien vendu ou toute autre information pouvant faire l'objet d'une réclamation, vous devez la relayer auprès de l’acquéreur, en l’inscrivant au compromis de vente.

Et cela tombe plutôt bien, avec Sinimo ( l'application de création de contrat que nous avons testé en avant-première : voir l'article "Signature électronique, il est temps de vous y mettre !" ), il est possible de créer un compromis de vente ou n'importe quel contrat, d'y ajouter un paragraphe (condition particulière, servitude ou désignation complémentaire) avec des renseignements que vous souhaiteriez rappeler par écrit à l'acquéreur et le faire signer via un système de signature électronique avancé totalement sécurisé & reconnu par la réglementation eIDAS.

En personnalisant à 100% votre contrat et en le faisant signer électroniquement ( la signature électronique avancée est aujourd'hui encore plus sûre qu'une signature manuscrite classique !) vous vous prémunissez donc contre tout litige. Le gros avantage avec SINIMO et son procédé de signature électronique c'est qu'un dossier de preuve est archivé chez CDC Arkhinéo, filiale de la Caisse des dépôts pendant 10 ans ! Vous pouvez ainsi prouver qui a signé quoi, où et quand !

Plus d'infos ici...

Page 1 sur 15

Derniers Tweets

Depuis 2013, Marketing immobilier innove chaque année pour les agents immobiliers https://t.co/Hk8S9GuAIf
RGPD pour les professionnels de l'immobilier https://t.co/4CaUDKQQSQ https://t.co/jhS5I3t1jk
Loi ELAN, le retour de l'encadrement des loyers https://t.co/EUdoSmEUlt
Follow FLASH IMMO on Twitter

Partagez cet article

Close

Faites découvrir cet article à toute votre communauté et vos amis